Litanie d'une femme délaissée

pour ne pas sombrer et chercher la sortie

 

Introduction ou comment tout est parti

J’ai 28 ans, je cherche désespérément à être heureuse. Lorsque nous étions enfants on nous avait promis que le monde était beau. Finalement il n’est qu’ injustice, intolérance, inégalités ; les hommes deviennent de plus en plus inhumain leur cœur se noircit il devient honteux d’appartenir à cette espèce. Le dégoût me submerge comment un Être est-il capable de faire autant de mal et d’en ressortir sans aucune culpabilité ?

On m’a dit un jour : il faut savoir gratter la vie pour y trouver des pépites de bonheur. Alors j’ai gratté, longtemps, fort de toutes mes forces…. Mais je pense que finalement pour être heureux il faut le vouloir, et y croire tellement fort que cela fini par se réaliser. Je m’explique, quant on attend le bonheur on s’attend à quelque chose de puissant, d’énorme, un truc qui nous change radicalement la vie. Mais le bonheur se trouve plus en notre intérieur qu’en celui des autres. N’attendons pas que les autres fassent notre bonheur c’est à nous de nous y employer.

C’est forte de cette réflexion que je me suis lancé contre ma vie. Nous restons souvent là,  figés, incapables de prendre une décision qui pourrait changer le cours de notre existence, terrés dans notre quotidien attendant la mort en subissant notre destin. Mais comment savoir jusqu’où ne pas aller ? Quand, remettant sans cesse en cause notre vie, nous cherchons toujours plus, à jamais insatisfaits, pour finir par ne jamais trouver ce que l’on cherche. On n’a qu’une vie, comment l’utiliser à bon escient ?

A 25 ans j’ai donc décidé que je n’aimais pas ma vie. Elle aurait pu me convenir, j’avais alors deux enfants, Lillian et Swann, et un conjoint. Nous formions une famille banale qui donnait bien l’illusion. Mais la vérité, je n’étais pas heureuse, mon conjoint était loin du modèle exceptionnel ou d’exception que je m’ étais faite de mon prince charmant. Je tombais alors amoureuse de n’importe quel glandu qui ne méritait même pas que je daigne lui écraser la gueule avec le talon de ma chaussure. D’aventures en aventures, d’attache en attache, d’erreurs en erreur et je me fais un chemin dans les méandres de la vie sans lumière, sans étincelles, et je me perds !

Je finis pas rencontrer Frédéric, charmeur, malin qui sait comment mettre une femme dans son lit, et qui y est arrivé plusieurs fois…il n’aura pas était inutile dans ma vie, m’amenant à comprendre à quel point je pouvais être conne, crédule, et rêveuse. Ce qui nous tue pas nous rend plus fort alors je suis devenue hyper puissante une sur-femme capable de résister à tous les assauts ! Ce Frédéric donc est arrivé à me faire déplacer jusque Paris pour ensuite me traiter telle une sous merde draguant sans-gêne d’autres filles sur le net devant moi ! Je tombais amoureuse d’un pur salop tout en ayant conscience que c’était un pur salop. C’est là toute l’ambiguïté de la situation : je cherche le bonheur, je change ma vie pour le trouver, et je me plante en beauté. Qu’est-ce qui aurait pu alors me sauver ? Je n’aimais  plus mon conjoint, je me raccrochais pour ne pas finir seule. Arrive alors un personnage important qui m’a aidé à complètement basculé ma vie, qui m’a également fait souffrir ; c’est l’histoire de ma rupture, l’histoire d’une épopée, d’un combat seule contre tous…

 

Dans : Non classé
Par litaniedunefemmedelaissee
Le 21 février 2013
A 9 h 33 min
Commentaires :1
 

1 Commentaire

  1.  
    laviedunebellevierge
    laviedunebellevierge écrit:

    C’est bien triste… Courage… Moi c’est bien pire je n’ai jamais connu l’amour et j’aimerais tant avoir des enfants… Ils sont ta force

    Dernière publication sur Laviedunebellevierge : Abandonnisme

Répondre

 
 

Moncrpe |
Aliyahfernand |
Shop18825 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nouveau blog
| Laviesecreteduneados
| Monquotidienencontreplonge